Hommage à Jacqueline BOUSQUET

Jacqueline BOUSQUET est décédée le vendredi 11 janvier 2013 et a été incinérée selon son souhait le jeudi 17 suivant.

Dire par euphémisme que Jacqueline nous a quittés est à la fois véridique et faux. Vrai parce que nous ne la rencontrerons plus sous l’aspect corporel qui nous fut familier ; erroné parce que les émotions et les pensées qu’elle a provoquées ont été, sont et seront toujours présentes en nos consciences.

D’aucuns affirmeront que voici de charmants propos, mais sans aucun rapport direct avec la réalité tangible. Certes ; mais réagir ainsi, n’est-ce pas s’identifier seulement à ce qui se touche, c’est-à-dire à la substance matérielle ? Mais qui – honnêtement – peut nier que les émotions s’éprouvent et que les pensées nous assaillent en permanence ? En réalité, nous sommes beaucoup plus que ce que nous croyons être.

Et c’est précisément à cause des trois facteurs soulignés plus haut que l’odyssée terrestre de Jacqueline nous concerne tous. Docteur ès sciences biologiques, à ses risques et périls, elle consacra son existence à une expérimentation permanente sur elle-même. Du coup, libre à nous de bénéficier ou non des réussites et des échecs qui furent les siens.

Entre autres, elle s’intéressa de près à la radioactivité (le « Feu inextinguible » dans les mythes) et à l’ionisation qui en découle. ICARE des temps modernes, elle n’hésita pas à frôler de près la Source. Laquelle nécessite – chacun le pressent – une transparence analogue à celle du diamant pour ne pas en souffrir. Puisse le sacrifice (au sens d’action sacrée) de Jacqueline ne pas être vain. Tel est le vœu que formule l’équipe d’Arsitra.

texte écrit par l’équipe d’arsitra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *